vendredi 1 septembre 2017

Frappe-toi le cœur


Amélie Nothomb 



Photo de couverture / Blog / Avis / Albin Michel / 9782226399168



Résumé :



Marie a 19 ans.
Marie est une beauté.
Marie a la vie devant elle.
Marie rencontre Olivier.
Et malheureusement pour elle, Marie a un enfant.

Cette enfant, qu'elle n'a jamais voulu d'un homme dont elle est "tombée amoureuse" surtout parce qu'elle voulait que toutes les jeunes filles la jalousent, Marie va le jalouser.

Cette enfant s'appelle Diane. Et, nous allons suivre toute son histoire. 
Pendant sa plus tendre enfance, elle comprend déjà que sa mère l'aime à sa façon et que sa jalousie maladive l'empêche de le montrer
A l'arrivée de son frère, elle se dit que c'est parce que c'est une fille que sa mère est jalouse d'elle mais quand sa petite sœur née, elle voit que cette même mère qui ne lui montre aucun signe d'affection est capable d'aimer et pire d'étouffer cette petite fille par son amour. 
Ce jour là, l'enfance de Diane se termine.


Mon avis :

Le Nothomb de l'année est plutôt bon !


Pour moi, il y a deux sortes de romans chez Amélie Nothomb : la fiction pure et les romans "autobiographiques". Et, si j'ai une grande préférence pour ces derniers (Pour moi Ni d'Eve ni d'Adam est son livre le plus abouti), ce roman m'a tout de même bien plu.

Le début de l'histoire m'a d'ailleurs fait beaucoup pensé à Métaphysique des tubes : une enfant qui, à peine née, comprend déjà tout et voit le monde avec beaucoup de lucidité. Et qui prend sa mère pour une déesse.

Malgré cela et le début semblable avec cet autre roman, je n'ai pas eu le sentiment un peu dérangeant  que j'ai eu en lisant les derniers livres d'Amélie Nothomb : qu'elle se reposait sur ses lauriers et que ses livres devenaient de plus en plus des livres pour ceux qui aiment le personnage Amélie Nothomb et non son écriture. 
Vous l'aurez d'ailleurs remarqué, pour une fois pas de prénoms étranges dans ce roman. Au début de l'histoire, nous avons toute de même une explication  du prénom de Marie. Comme un private joke. Mais sans que cela ne soit trop lourd ni totalement hors sujet. 

J'ai beaucoup aimé qu'on suive ce personnage de Diane tout au long de son enfance et jusqu'au début de sa vie d'adulte. Et que la jalousie, qui est le thème principal du roman et qui va la poursuive va prendre des formes plutôt inattendues :
Tout d'abord, nous découvrons la jalousie de la mère Marie pour sa fille Diane.
Puis nous suivons une véritable amitié entre Diane et Elisabeth. J'ai trouvé cette relation très belle. Une amitié entre deux femmes aussi belles l'une que l'autre.
Puis une relation très toxique entre Diane et Olivia.

Je me suis fait la réflexion que chez Diane, une nouvelle relation en chassait une autre comme si chaque relation devait être exclusive :
D'abord Diane est avec ses parents, sa relation avec ses grands-parents se développe et elle habite chez eux. Elle rencontre Elisabeth et va habiter chez elle. Puis, elle rencontre Olivia et c'est la seule qui compte pendant des années, jusqu'au jour où elle rencontre Mariel.
La jalousie, toujours, dans ses relations l'empêche d'être avec une personne et avec une autre. Cela sera toujours une relation au dépens d'une autre.
C'est un roman que j'ai aimé lire : bien meilleur que Riquet à la Houppe. Et qui est assez surprenant. Bien sûr, il y a toujours le problème de la fin. Une fin qu'elle nous a servi a plusieurs reprises dans ses romans et qui, du coup, n'est ni surprenante ni vraiment bien amené. 
Mais, comme un clin d’œil et comme si elle savait que ce reproche allait lui être fait : Diane cite Flaubert vers la fin du livre : "La bêtise, c'est de conclure".

Comme je vais  moi même conclure ma chronique, je vais finir par une légère anecdote. Les grands amateurs d'Amélie Nothomb savent que le mot pneu est son mot préféré en raison de sa prononciation et qu'elle essaie de le placer dans chacun de ces livres : le mot est bien présent dans celui-ci.








8 commentaires:

  1. Même si j'ai toujours énormément entendu parler de l'auteure j'avoue que je n'ai jamais tenté un seul de ses livres. Il faudrait un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux commencer, je te conseille Ni d'Eve ni d'Adam ou Le sabotage amoureux. Et ces premiers livres parus dans les années 1990 en général ! Après, je ne cache pas qu'elle a une écriture et un univers très particuliers donc on accroche ou on déteste !

      Supprimer
  2. J'espère l'aimer celui-là, je le lis bientôt :)
    J'ai lu un article justement sur l'utilisation de son "pneu", c'est vrai que j'ai jamais fait attention (après je suis loin d'avoir tout lu d'elle !) ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai plus apprécié celui-ci que ceux de ces dernières années ! Pour le mot pneu, j'avais lu une interview où Amélie Nothomb disait essayer de le mettre à chaque fois donc j'essaie de faire attention maintenant pendant ma lecture !

      Supprimer
  3. Serait-ce un Nothomb qui va me réconcilier avec Nothomb?
    Je vais le lire pour me faire une idée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai trouvé d'autres bien meilleurs (Ni d'Eve, ni d'Adam ou Stupeurs et tremblements par exemple)mais j'ai plus apprécié celui-ci que ceux der dernières années.

      Supprimer
  4. Je suis très ignare en ce qui concerne Amélie Nothomb, une vieille frustration héritée du lycée où j'avais dû lire Stupeur et Tremblements pour un TPE sur les mangas (rien à voir mais les profs exigeaient une œuvre de littérature dite "classique", ne reconnaissant pas la BD comme un style littéraire à part entière). C'est ma binôme qui s'y est collée, incapable que je suis de lire un livre contrainte et forcée.

    Puis j'ai vu une interview de cette auteure il y a quelques semaines et sa façon d'être et de parler m'a fait envie.
    Du coup, faut que je comble mes lacunes. Je tâcherai de trouver Ni d'Eve, ni d'Adam ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, j'ai découvert Amélie Nothomb au lycée grâce à un professeur qui l’idolâtrait et nous a demandé de lire Métaphysique des tubes. Quand je l'ai lu la première fois pour ce cours, ça m'est passé un peu au-dessus de la tête mais j'ai plus apprécié ensuite parce que ce professeur avait bien décortiqué le texte.
      Ni d'Eve, ni d'Adam : je pense que c'est son meilleur roman (pour moi en tout cas).

      Supprimer